• Être victime ou témoin d’un accident de voiture n’est jamais anodin. Les conséquences peuvent être plus ou moins dramatiques, mais cela n’empêche pas le traumatisme sans oublier la peur de reprendre le volant après…

     L’EMDR, une thérapie brève pour retrouver confiance au volant

    Heureusement, des thérapies brèves permettent de s’en sortir

    Que ce soit en voiture ou en moto, la peur de se retrouver de nouveau sur la route après un accident ne doit pas être prise à la légère. Des alternatives telles que la sophrologie, l’hypnose et la cohérence cardiaque sont autant de solutions qui peuvent atténuer cette peur de conduire et vous permettre de retrouver un quotidien plus apaisé.

    Toutefois, quand cette crainte fait écho à un événement plus grave ou plus lointain, nous vous conseillons de tenter l’expérience de l’EMDR, une thérapie par les yeux. Il est primordial de ne pas se laisser envahir par les symptômes post-traumatiques telles que les crises d’angoisse, les insomnies ou encore les cauchemars pour ne citer que trois exemples.

    L’approche du psychologue EMDR n’est pas nécessairement de comprendre ce qu’il s’est passé, mais plutôt d’aider le cerveau à relativiser grâce à une meilleure gestion de la situation. Les mouvements oculaires aident à traiter les informations jugées traumatisantes et à réduire puis faire disparaître la sensation de malaise.

    Comment se traduit la peur du volant ?

    Tout dépend d’abord du traumatisme et de la personne. Mais bien souvent, on remarque que cette crainte de conduire de nouveau entraîne l’apparition de crises d’angoisse ou un état émotionnel peu propice à une conduite en toute sécurité.

    Le souvenir toujours trop présent d’un accident peut aussi être à l’origine d’un stress important, d’un manque de vigilance ou de l’impossibilité de conduire. Et par voie de conséquence, cela a un impact sur les trajets pour se rendre au travail, sur la gestion quotidienne de la famille ou encore la vie sociale…


    votre commentaire
  • À l’heure des vacances scolaires, de nombreuses familles préparent d’ores et déjà leur séjour au ski. Et qui dit montagne, dit virages en voiture. Voici quelques astuces pour que le trajet se passe bien et pour éviter au maximum les nausées inconfortables.

    Routes de montagne : comment gérer les nausées ?

    https://www.pexels.com/fr-fr/photo/pins-verts-sur-la-montagne-couverte-de-neige-3607934/

    Quelques astuces simples

    Pour diminuer l’envie de vomir en voiture, quelques bonnes habitudes sont à prendre :

    1. Manger légèrement
    2. Regarder le paysage ou la route devant vous (et éviter au maximum de lire)
    3. Garder une respiration lente et profonde
    4. Écouter de la musique relaxante
    5. S’arrêter et prendre l’air quelques minutes si vous ressentez des nausées ou des étourdissements
    6. Faire des pauses et marcher un peu en cas de très longs trajets

    À glisser dans la poche…

    Et pour plus de tranquillité, vous pouvez également vous procurer un roller aux huiles essentielles contre le mal des transports. Contenant pas moins de 7 huiles essentielles, ce produit peut être appliqué à l’intérieur des poignets, sur les temps ou le cou environ une heure avant le début du voyage en voiture.

    Vous pouvez en commander sur le site d’une parapharmacie en ligne ou l’acheter dans une pharmacie près de chez vous.

    Bonne route et bonnes vacances à la neige !


    votre commentaire
  • À l’occasion de la journée des solitudes, ce dimanche 23 janvier 2022, nous voulions aborder un sujet connexe, celui de l’isolement des personnes âgées. À domicile ou en institution comme les maisons de retraite, les seniors sont majoritairement représentés parmi les victimes de la solitude.

    Image Pexel par Cotton bro.

    Solitude, isolement, exclusion sociale

    Qu’on se le dise, la solitude est pour certaines personnes un trait de caractère qui n’occasionne aucun souci. Mais pour d’autres, qui sont tout de même des millions rien qu’en France, cela cause de la souffrance. Cette souffrance peut entraîner des conséquences sur la santé mentale (détresse, angoisse, dépression) et physique, et c’est pourquoi il faut agir.

    La crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19 n’a, hélas, qu’aggravé une situation déjà peu glorieuse. En effet, 7 millions de personnes en France étaient déjà victimes de solitude avant cette crise. Dès mars 2020, chacun et chacune en France et au-delà dans le monde a fait face à cet isolement forcé et non désiré. Le recours accru, pendant et après cette période, aux services et associations du lien social et de soutien psychologique, montre l’importance de la connexion aux autres. Parmi les initiatives, le gouvernement a notamment mis en place un dispositif gratuit pour les étudiants, Santé psy étudiant, qui voient leur vie complètement bouleversée depuis deux ans, que ce soit leur quotidien et leur avenir. De quoi faciliter le glissement vers l’exclusion.

    L’association Astrée a initié la journée des solitudes en 2018

    À l’origine du lancement de la journée des solitudes en France en 2018, l’association Astrée agit concrètement contre ce fléau qui tend à s’épandre d’année en année, d’autant plus avec la crise sanitaire et les confinements qui se sont imposés à la population.

    Le cas des personnes âgées est particulier. Elles se sont retrouvées isolées chez elles, avec l’empêchement formel de visiter ou qu’on leur rende visite, ou confinées en maison de retraite ou en EHPAD, avec encore des restrictions spécifiques.

    Ainsi, ce dimanche, Astrée publiera le baromètre « Les Français et la solitude », une étude réalisée par l’institut de sondage IFOP, qui devrait montrer que la solitude prend encore de l’ampleur en France.

    Comment agir contre la solitude et l’isolement ?

    Quand les proches s’éloignent ou disparaissent, quand la vie et/ou le temps mettent sur le bord du chemin une personne alors qu’elle ne l’a pas choisi, et le subit, les petits gestes prennent alors une grande importance.

    Discuter avec ses voisins et voisines, accompagner pour les courses, organiser des jeux de société intergénérationnel, il existe de nombreuses façons d’inviter des personnes âgées à revenir dans les lieux communs publics comme les parcs, les places, les squares. Devenir bénévole est également envisageable, pour l’association Astrée et toutes les autres qui ont fait du lien social leur objectif.


    votre commentaire
  • Vous vous réjouissiez à l’idée que vos enfants reprennent l’école après le break de la Toussaint ? Malheur, en venant les chercher le soir vous remarquez un écriteau portant le message : les poux sont de retour ! Comment réagir ? Comment éviter que votre enfant subisse, lui aussi, les désagréments causés par ces insectes qui peuplent les petites têtes ?

    Des poux dans la classe de mon enfant ?

    https://www.pexels.com/fr-fr/photo/jeune-fille-ecole-etudiants-garcon-8467291/

    Tout commence par de la prévention 

    Parlez à votre enfant et expliquez-lui qu’il faut éviter au maximum les contacts têtes contre têtes. Cela concerne aussi les échanges d’écharpes, de bonnets et de manteaux… Vous pouvez également vous munir d’un spray répulsif anti-poux enrichi aux huiles essentielles que vous pouvez pulvériser directement sur les cheveux et la nuque. N’oubliez pas l’arrière des oreilles, un empaillement chaud et confortable qui fait souvent le bonheur de ces parasites…

    Et si vous découvrez des lentes et des poux sur le cuir chevelu… 

    Branle-bas de combat. Commandez sans plus tarder sur le site d’une parapharmacie en ligne un soin anti-poux ainsi qu’un peigne fin. L’objectif est de décoller les lentes à l’aide du peigne et de retirer tous les poux qui se baladent ici ou là. Appliquez et faites mousser ce shampooing traitant puis laisser agir 30 minutes avant de rincer.


    votre commentaire
  • Nous avons la chance de vivre dans une région baignée par le soleil même à la fin de l’été et à la rentrée. Mais quand les grosses chaleurs sont passées, nous avons tendance à relâcher notre vigilance face au soleil. Voici quelques conseils pour protéger la peau de nos bambins après les vacances.

    Un père et son bébé qui se promène le long d'une plage.

    https://images.pexels.com/photos/38302/father-daughter-beach-sea-38302.jpeg?auto=compress&cs=tinysrgb&dpr=2&w=500

    On continue à mettre de la crème, même en septembre !

    La fin de l’été approche et le tube de crème solaire est quasiment vide ? Ne perdez pas cette habitude qui consiste à protéger la peau fragile des plus jeunes en appliquant une crème protectrice dès qu’il fait soleil. Pour vous approvisionner, commandez dès maintenant votre tube de crème solaire spéciale enfant sur le site d’une parapharmacie en ligne.

    Car dans les Alpes Maritimes, le mois de septembre peut être encore très chaud et très ensoleillé ! En général, les familles en profitent pour balader, profiter du bord de mer le week-end ou encore se baigner à la piscine.

    Et si les enfants prennent trop le soleil ?

    L’après-midi a un peu duré et vous avez oublié de remettre un pschitt de crème sur le corps de votre enfant ? Pas de panique ! Pour atténuer cette sensation de chaud sur sa peau sensible et lhydrater, vous pouvez utiliser ce spray après solaire bébé de la marque Mustela. Disponible en parapharmacie discount, il permet de rafraîchir l’épiderme après une exposition solaire trop prolongée. 

    Et n’oublions pas, tant qu’il fait beau et chaud, la casquette ou le chapeau sont de rigueur sur nos petites têtes blondes favorites !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires